«  Bon vent à qui me salue ! »  Dit-on en Rade de Lorient.

1970
 Guénane - 1970 - La Barbacane
Guénane - 1970 - CALCAIRE (Rougerie)
Au château de Bonaguil, lecture de CALCAIRE (Rougerie), avec l'auteur Max Pons, directeur de la revue La Barbacane et conservateur du château.
1971
Premier numéro de Poésie Présente, imprimé par René Rougerie.
1997, numéro 100, fin de Poésie Présente.

 

Bon vent aux dernières revues qui m’ont accueillie!
 

  • Texture, 3 septembre 2018
Michel Baglin a mis en ligne l'article de Lucien Wasselin qui  a vaillamment lu L'Intruse en plein été. 
                                    http://revue-texture.fr/l-intruse.html
Malgré Wikipédia, le faire-part de décès indique bien que l'héroïne est morte le 25 juillet 1886.
   
  • Pierres d'Encres 2018, N° 7
Revue annuelle de poésie illustrée, Association Le Temps des Rêves, une vingtaine d'auteur-e-s vivent et rêvent la vie.


Illustrations délicates de Lucie Gaillard, messagère Flora Delalande.


L'exergue de ce numéro " Être poète c'est percer une fenêtre quand le mur n'en a pas " me va droit au cœur mieux que médaille.


www.letempsdesreves.fr

 

 

  • CABARET, n° 26, été 2018

Dans sa revue grande comme une main tendue, Alain Crozier a invité ici neuf voyageuses insatiables, au sein desquelles un homme fait irruption selon le rituel.
  • La Cause littéraire, 14 juin 2018
 
www.lacauselitteraire.fr/ma-patagonie-guenane
Cathy Garcia a lu avec émotion Ma Patagonie. Elle a arpenté bien des espaces et rêve que ce monde donne un bon coup de talon quand il aura touché le fond. En attendant elle polit ses flèches avec énergie.  
 

 

 
  • Décharge, mars 2018

Soupirs, sourires, souvenirs...
 

Il me plaît de relever dans les Ruminations de Claude Vercey sur "Pourquoi on aime ça, la poésie?", une page pertinente, surprenante.

Jean Pierre Nedelec (poète breton vif et facétieux sans accent et sans tiret) a balayé de sa lampe frontale juste, affectueuse et tonique  le film documentaire Derrière les mots de Henri Huchon.

 
 

 
Jacmo, dans son Dia, a enlacé Ma Patagonie et Tangerine éclatée, les royaumes du vent peuvent se dire en peu de mots.
 
  • Texture, 28 janvier 2018

La revue de Michel Baglin est un précieux labyrinthe. Il accueille Lucien Wasselin, chroniqueur affamé aux aguets qui a bien voulu prendre le chemin de Ma Patagonie et celui des îles soufrées de Tangerine éclatée.
http://revue-texture.fr/chemins-de-lecture-2018.html#patagonie

 


     El Chaltén, Mont Sacré des Indiens Tehuelche.

  • Décharge, 26 décembre 2017
Claude Vercey aime le vent, il a placé Ma Patagonie sur: http://www.dechargelarevue.com/I-D-no-728-Jouissez-en-silence.html.

 

Sommaire 180 / Critiques
Dans son fil de lectures, Denis Heudré  a " choisi d'attendre un jour gris pour entrer dans Atacama... Pressentir est une émotion  dit l'incipit... Ce n'est pas qu'une évocation de la géographie, de la géologie... c'est aussi un hommage à Gabriela Mistral... à Pablo Neruda... une terre aride peut faire germer de belles pages de littérature... J'ai aimé ce voyage, cette vision soudaine de l'éternité, comme une parenthèse accolée au gris du jour... En toute vie des parenthèses ne cessent de palpiter ."
 

 

Premier envoi des Poèmes du Mois :
Michel Baglin et le photographe Jean Dieuzaide accompagnés "d'un poète décédé et d'un autre bien vivant..."
Sans oublier, en cliquant sur Texture, de dérouler jusqu'à rencontrer L'homme aux poules!

 

  • Interventions à Haute voix , N° spécial, septembre 2017
1977 - 2017, IHV, têtue et discrète, fête ses 40 ans.
40 ans que Gérard Faucheux intervient.
Environ 4 centaines de poètes ont plus ou moins niché dans la revue.
 

 

   
  • Concerto pour Marées et Silence, Revue. N° 10, juin 2017
Orchestré par Colette Klein, poète et peintre.

Atacama, "...Il fait très chaud et intensément bleu dans ce poème... mais il n'y fait pas sec...Certains noms de lieux crèvent le poème et sollicitent une mémoire que certains voudraient voir éteinte...C'est aussi des instantanés fulgurants saisis... Ce poème / méditation qui n'a rien de touristique, a ramené au Chili un voyageur du siècle écoulé..."
Ce voyageur, Gérard Cléry, poète, écrivain, photographe sait de quoi il parle, il a traduit la Nouvelle Chanson Chilienne et plusieurs poètes d'Amérique latine.

Dans cette même revue, Atacama fut également lu par Gérard Paris. Il a voyagé, flotté " au cœur du minéral... de tableaux irréels où l'on décèle les traces de l'humain... L'histoire, les rites et légendes se marient, s'osmosent... dans ce poème naturel." Gérard Paris, poète et critique, collabore à de nombreuses revues.

 

   
En Rade 4 Brèves de cale. Michel Baglin, complice, a mis en ligne la note de lecture de Lucien Wasselin qui ose prendre plaisir à l'humour iodé de vieux pêchous bretons.

 

  • Interventions à Haute voix , N° 57, avril 2017
Eliane Biedermann s'est laissé entraîner...

"...Confrontation entre la "mer piégée qui piaffe dans sa prison" et l'océan qui est un "cannibale colossal ", étrange frontière, les références mythologiques abondent dans ce périple poétique...  L'Histoire aussi avec ses tyrans avides de conquêtes et leurs obscurantismes religieux...  Recueil original sur la rencontre de l'Europe chrétienne et l'Afrique à travers ce détroit qui "n'est pas un trait d'union".

Dans le sable tant de pas se croisent
sans rien savoir des regards
collés au même horizon infidèle.

 

   
  • Recours au Poème, N° 170, janvier 2017.

    www.recoursaupoeme.fr
    Sommaire 170 / Issue 170 / Sumario 170 chroniques et essais.
    Marilyne Bertoncini a lu Atacama, elle a voyagé avec son bagage intérieur "pour en mesurer l'originalité", elle a "cheminé entre désert et voûte étoilée comme entre deux parenthèses d'éternité".
  • Décharge, N° 172, décembre 2016.

    Jacmo dans son Dia a enjambé Le Détroit des Dieux et le désert d 'Atacama que tout oppose n'était le sel.
  • TERRE DE FEMME, N°143, 17 octobre 2016.

    ATACAMA - Lecture de Marie-Hélène Prouteau.
    Magie d'une coïncidence, d'une rencontre. Marie-Hélène Prouteau, romancière, poète, essayiste, porte aussi en elle la douleur de l'Histoire. Sa lecture sensible, maîtrisée, où les mots se posent juste là où il faut, est à découvrir sur Terre de Femmes, la revue numérique poétique et critique de la poète Angèle Paoli.
     
       
www.recoursaupoeme.fr
Sommaire 168, critiques, La Sagesse est toujours en retard, Fil de lecture de Denis Heudré : "...Guénane distille avec légèreté et un grand recul... Un style qui lui est très personnel fait d'images, d'humour et de rythme..." denisheudre.free.fr     Lire le   N° 1 de son  Infinie Géolocalisation du Doute.
 
Jean-Paul Gavart-Perret, écrivain, critique, responsable de la rubrique Arts et Poésie a chroniqué La Sagesse est toujours en retard.
http://www.lelitteraire.com/?p=23664
Communicatif, imaginatif, créatif il a aussi le front de réaliser des interviews intempestifs. 
6 août2016, lire Guénane : la baronne perchée dans l'Atlantique
http://www.lelitteraire.com/?p=23738
                La Sagesse est toujours en retard
                Le site attentif de Michel Baglin héberge l'article alerte de Lucien Wasselin.
               
http://revue-texture.fr/la-sagesse-est-toujours-en-retard.html

 

 

 

 

Porte ouverte par Jean-Paul Kermarrec au pays de Morlaix
 

37 noms au générique ( 12 au féminin )

 

En breton, digor c'est l'ouverture 

 

Digor c'est la poésie au cœur des arts.

 
L'almanach bulgare de Littérature, Science et Art,  SVETA GORA  (La Sainte Forêt) 722 pages (sans compter la table des matières), presque 2 kg, accueille 8 poètes, Alain Le Saux, Béatrice Bonhomme, José Galdo, Guénane, Philippe Courtel, Béatrice Machet et Paol Keineg, dans le beau mystère de l'alphabet cyrillique...
Merci à  la poète messagère Anélia Véléva.
 

 

La revue hossegorienne du "serviteur" J.P.Lesieur a confié à Hervé Mesdon ce n° spécial; il a réuni deux douzaines de poètes qui vivent en Bretagne et qui essaient, comme ailleurs, de ne pas trop se recroqueviller.

     Tu as vieilli
     Te voici souvenir

     Tu deviens Histoire
 
     Calcaire

     Un jour
     Tu seras mémoire

 

     

 

Jointure espère atteindre son N° 100 pour la Saint-Jean 2015.


Elle espère réussir avec grâce son extinction en posant la question:

"Quelle place pour l'activité poétique dans la société des années 2050?"

 

 

 

Jacmo a offert quelques mots à Venise Ruse (La Porte, 2012)

"...Une ode à Venise, avec ce que le nom enchanteur évoque. Mais sans trop se laisser prendre à l'illusion et au charme.
Venise est ainsi qualifiée de sournoise ou de pernicieuse, d'un côté, mais aussi de radieuse et de libertaire de l'autre.
Guénane tend à rejeter tout le vernis tape-à-l'œil qui déforme la cité et cherche à retrouver sa splendeur originelle...
"

Couverture Gaël Pietquin

 

 

 

Gérard Paris a choisi IHV pour chroniquer:

- La Ville secrète (Rougerie 2011).

" En poèmes fragmentés, déchiquetés, Guénane narre son enfance, sa mère, la destruction de Lorient pendant la guerre...  L'enfant-fuite se heurte à l'écheveau des interrogations...continue sa quête pour son identité...  Face à la mère qui se dresse comme un mur, face à l'agonie d'une ville, il ne reste en dernières viatiques plus que la poésie..."
 

- et La Guerre secrète (Apogée, 2011).

"...Ce qui pourrait passer pour une histoire de midinette tourne très vite à la catastrophe...Si l'amour traverse brièvement ce récit, c'est surtout la mort qui le hante; morts dues à la guerre mais aussi mort intérieure d'une héroïne prisonnière de ses peurs et de ses hantises..."

   
 

 

Introït pour l'éternité
Jean-Pierre Lesieur a réuni une quinzaine d'amis dans le numéro 50 de sa revue.
Dernier livre - posthume - de Jean L'Anselme : Liquidation des stocks avant fermeture, Rougerie, juin 2012.     
 

 

Même si chaque revue est une "maison close"
"Elle est une Autre", Lieux D'Être,
est un double numéro de passerelles tendues
au-dessus d'eaux vives ou silencieuses...

     
 

 

Sous l'œil de Marguerite Duras:

"Écrire c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit."

Littérales m'a ouvert ses pages Écrire et Être.

     
 

 

Numéro spécial de la revue Jointure, édité par la Jointée, consacré à René Rougerie. Une quarantaine d'auteurs se souviennent et témoignent.  Emouvant et bel hommage à cet "amoureux fou de poésie" voulu par Marianne Arnold, préfacé par Jean-Pierre Desthuilliers.
 

www.lajointee.com

 

 

Hélices brasse la vie
les mots prennent le pouvoir
accueillis par Dana Shishmanian.
 
http://www.helices.fr

 

 

Sur papier recyclé Nouveaux Délits recycle la VIE.
Purgeons nos têtes et nos cœurs plutôt dix fois qu'une!
Cathy Garcia.
Sauvage, l'Esprit n'a ni frein ni frontière.

 

couverture Dominique Leloir.

 

 

Ce soir l'océan swingue
sur la nostalgie de soi-même.
Le saxo de Mulligan
s'enlace aux étoiles
saxocéan.

Libère les mots
libertango
sexophonie
saxeuphorie
sexysaxo.

Haut dans les airs
les mouettes sont muettes
le ciel sera rouge
et nos nerfs
à fleur de vent
grifferont.

Signe d'insomnie.

Dis-moi si
de là-haut mouette
on voit mieux
le passé
pour mieux avancer ?

Mélancolie ce soir
petite bouteille à la mer
emplie de bile noire.



Sur la terre tout est lourd
l'amour seul a des ailes.

(Oceano saxo solo)

La revue Spered Gouez s'entrouvre sur 37 femmes.

 

 

Caneton, petit rendez-vous post mortem du 27 septembre 2008.

 

Petite rectification pour qui lira: c'est le 27 septembre 2005 que fut annoncée cette mort...

 

 

 

 

 

   SEIN  lu par Eliane Biedermann dans IHV, N° 44.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Article surprenant et bien ciblé de Lucien Wasselin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout est dit.
Minutieux LISEUR, merci.

 

 

 

 

 

Patricia Laranco, Mauricienne à qui rien n'échappe..

 

 

 

 

 

 

 

Revue bulgare où j’ai quand même pu reconnaître un mot : GEHAH = Guénane.

 

 

Offre un luxueux collier de Souvenirs.

La revue a fêté ses 20 ans en 2005, sous la houlette perspicace de Madeleine Carcano et Régis Louchaert.  Une revue superbe, sérieuse et surprenante.